Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  Développement personnel et Social

Comment maîtriser ses émotions ?

13 Avril 2009 , Rédigé par UC Publié dans #Assertivité

Personne ne peut être séduisant sans développer son Inner Game. Toutes les astuces, techniques et les routines mémorisées n’ont aucun sens à moins d’avoir l’état d’esprit qui va tirer profit de ces astuces. A l’inverse, si vous avez toutes les bases de l’Inner Game vous n’êtes pas pour autant un Don Juan car les techniques appliquées de la Dating Science sont émulés des naturels.

Personne ne peut avoir de l’Inner Game sans contrôler ses émotions. Vous devez connaître bien ce genre de difficulté, le fait d’appeler certains jours serait comme si vous appeliez trop tôt ou que vous ne devriez pas être jaloux ni montrer des signes de jalousies si vos copines flirtent avec d’autres hommes, mais il arrive souvent que vos émotions dépassent vos sensibilités de Don Juan. Nous sommes donc d’accord : maîtriser vos émotions.

 

Jusqu’alors, personne n’a déjà expliqué comment maîtriser ses émotions avec une réelle conviction. Il existe plusieurs approches communes au maintien émotionnel, certaines involontaires d’autres acquises.

 

La Distraction

 

Certaines personnes change d’état émotionnel grâce à la distraction, quel soit interne ou externe. Une distraction interne implique le fait de penser à autre chose, de changer son esprit ailleurs, de penser à toute autre chose que la beauté physique de cette nana. Une distraction externe est aussi simple que d’allumer la télévision, à se soucier d’un stimulus extérieur comme une comédie ou de la musique qui nous distrait de notre état émotionnel non désiré.

 

Cette stratégie s’avère un échec sur une perspective long terme, mais elle fonctionne bien sur du court-terme car l’état émotionnel n’est pas puissant, ex. une nana vous rejette mais vous n’étiez pas intéressé de toute façon.

 

La Répression

 

Certaines personnes tentent de maîtriser leur état émotionnel par la seule force de volonté. Vous tentez de vous ordonnez de ne pas ressentir une certaine émotion. Vous fermez vos yeux, serrez les dents et souhaitez que cet état se dissipe.

 

Cette méthode ne marche presque jamais. Le Bouddhisme nous apprend que dans le combat entre la volonté et l’imagination, l’imagination sort toujours vainqueur. Ceci est relativement vrai. La répression peut être contre-productif, car l’énergie psychique dépensée à réprimer un élément s’ajoute à la force de l’élément, et même si l’élément est de courte durée, et comme tous les éléments réprimés il revient sans cesse. Je vous renvoie aux livres de Freud sur le comportement des éléments réprimés.

 

L’Affirmation

 

Une variante de la répression découverte chez les neuros-linguistes, chacun se répète des phrases puissantes dans son esprit à force de répétition jusqu’à intégration dans son inconscient.

Cette méthode prend énormément de temps pour rester efficace, et est sujet à rechute. Souvent, cela prend du temps mais cela demande de la persévérance même en cas de frustration. En tout et pour tout, cela marche dans certains cas, mais la méthode reste en général inefficace car inconsciemment nous que nous pratiquons l’auto-déni.

 

La Rationalisation

« je ne devrais ressentir cela du fait que.. »

 

Depuis quand vous pouvez débattre avec vos émotions ?

 

LA VRAI CLEF DU CONTROLE EMOTIONNEL

 

Dans le livre best-seller de Stephen Covey « Les 7 Habitudes des Ceux qui Réussissent tout ce qu’ils entreprennent», il nous apprend que l’essence de la liberté humaine réside dans le fait, à la différence des plantes et des animaux, l’homme est conscient, et que l’une des conséquences de cette conscience est que selon le stimulus nous avons le pouvoir de choisir notre façon de répondre.

 

En psychanalyse, un des éléments clefs pour éliminer un comportement névrotique est de comprendre son stimulus, c'est-à-dire la cause. Une fois la cause bien enfoui amené à la lumière, le changement est alors possible car le problème sous-jacent est face à soi. Cela s’applique au contrôle émotionnel, et notamment la névrose que nous appelons le « OneItis ».Quand nous pensons que nous sommes tombés grave amoureux d’une nana, souvent nous ne sommes pas amoureux d’elle, mais d’un idéal féminin produit par notre esprit. Laissez-moi vous donner un exemple :

 

Un jour, j’étais tombé raide dingue amoureux d’une amie proche. Elle ne cessait de hanter mes nuits et mes jours, avant d’appliquer ce principe. Je me suis analysé et me suis demandé « qu’est ce qui fait qu’elle a de l’emprise sur moi ? » j’ai alors réalisé que sa chaleur et sa sincérité, son côté maternelle, m’a touché et qu’elle devenait alors la figure œdipienne de la mère. Elle m’admirait ouvertement, et j’étais devenu dépendant d’elle comme source de validation, et j’en désirais davantage, et la plus grande validation aurait été de la posséder. Je me suis alors rendu compte que je n’étais pas amoureux d’elle. Mes sentiments pour elle étaient alors démystifiés car j’avais compris que je n’éprouvais aucun « amour ». Dès que j’ai compris le stimulus derrière, je l’ai comparé avec la réalité. Elle n’était pas ma mère et un PUA comme moi ne devrait avoir aucune dépendance extérieure à la validation et à l’estime personnel. L’autosuffisance émotionnel faisait partie de mon système de valeur. Mon ‘amour’ pour elle a disparu !

 

Stephen Covey avoue que nous devons analyser nos émotions sous l’œil de notre système de valeurs, de nos croyances profondes sur qui nous sommes et qui nous souhaitons devenir. Je m’identifie à la psychologie de Don Juan, celle de l’autosuffisance émotionnelle et de ne pas chercher l’approbation des autres. Quand je la compare avec l’émotion de recherche de validation d’une femme, je constate que je ne pourrais revenir en arrière, et je comprends bien que mon « amour » n’était que dans ma tête.

 

Cela, les amis, est la clef du contrôle mental. Au lieu de réprimer ou d’ignorer vos mauvaises émotions, ou même d’essayer de les rationaliser, sortez de vous-mêmes pour les analyser pour découvrir ce qui les provoque, la cause première. Une fois identifié, demandez vous – à la lumière de mes valeurs (être un PUA) est ce que ce stimulus justifie ma réactivité émotionnelle ? Est-ce que j’approuve cette réaction ?

 

Rappelez-vous, entre le stimulus et la réaction l’homme a le choix. Analyser votre stimulus et souvent, vous découvrirez que cela parait stupide, puis exercer votre choix en condamnant cette émotion à la lumière de vos valeurs, quels qu’elles soient.

 

Laissez-moi vous donner un nouvel exemple. Au lycée, vous étiez grave amoureux d’une fille qui vous appréciait, mais vous n’aviez pas conclu ou pire elle vous a rejeté. Maintenant, vous rencontrez une autre nana, et pour une raison vous ne pouvez à peine l’approcher, et vous vous sentez comme rejeté. Vous vous dites « je suis en train de tomber amoureux, et je ne peux rien y faire ». Vous croyez que vous n’avez aucun pouvoir sur votre ressenti ce qui renforce votre sentiment et vous allez fantasmez de plus en plus.

 

MAIS….

 

Vous l’analysez et rendez compte qu’en fait cette nouvelle nana, dans votre inconscient, représente quelque chose, quelque chose comme cette fille du lycée qui a effrayé, et qui reste enfouie dans votre psychisme. Puis vous réalisez que cette nana n’a rien à voir avec vos sentiments, mais c’est le symbolisme de votre projection sur elle.

 

Vous découvrez que ce n’est pas cette fille du lycée que vous avez perdu, que vous ne la connaissez à peine. Vous découvrez que votre mentalité de PUA ne peut tolérer l’engouement alors votre système de valeur va donc condamner l’émotion injustifiable. Votre toquade a été démystifiée et détruite, et très vite elle va commencer à s’estomper. C’est un peu comme être l’obsession de savoir si la Père Noel va venir, pour finalement apprendre qu’il n’existe pas. C’est bien dans votre tête.

 

NOTE FINAL

 

Dans le but de suivre ce processus, vous devez croire que vous le pouvoir de choisir qui vous aimez.Laissez l’amour être un verbe et pas un nom.

 

Un autre concept important décrit par Covey s’appelle la Théorie du Cercle. Votre cercle d’intérêt est tout ce qui vous touche, et dans ce cercle est un plus petit cercle appelé le cercle d’influence qui concerne tous ce qui a le pouvoir de vous toucher ou de vous changer. Si vous pensez qu’une chose est à l’extérieur de votre cercle d’influence, ALORS C’EST LE CAS. Si vous considérez que votre oneitis est involontaire et ne peut être contrôlée, alors votre esprit agit dans ce sens jusqu’à une prise de conscience que votre Oneitis est dans votre cercle d’influence. Si vous lancez vos mains en l’air en vous disant « c’est ainsi que ke suis », alors vos abdiquez une responsabilité à cet élément qui est en votre pouvoir, et qui prend le pouvoir sur vous. Prenez la responsabilité de ce qui tourne dans votre tête ou votre cœur.

 

Pour reprendre les mots de Marc Aurélien « Chaque homme apprend à vivre dans la citadelle de lui-même ». Apprenez à devenir le Seigneur de cette citadelle.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article